13/03/2017

couleur mastic...

   un spot  et une fenêtre de l'exposition (encore jusqu'à la fin du mois !)  ...vu par philippe...
...et soupire maintenant...avant l'envol...vu par moi même :))

14 commentaires:

  1. Joli hommage à une couleur... a priori pas facile à mettre en scène !

    RépondreSupprimer
  2. Un post fascinant et divers - la combinaison du noire et du blanc est toujours fort - et avec du gris aussi c'est très subtile. Magnifique!

    RépondreSupprimer
  3. Welch Poesie in Bildern! So schön! So inspirierend!
    Eine gute Woche!
    Astrid

    RépondreSupprimer
  4. Préte à l’envol sans être icare


    Baisers de ciel

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup la dernière photo. C'est une très belle prise. Prendre son envol pour poursuivre ses rêves, c'est ce que je te souhaite cette belle semaine qui s'annonce. Bises Elfi!

    RépondreSupprimer
  6. Intéressant comme travail, j'aime beaucoup.

    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Intéressantes photos sur l'expo.

    RépondreSupprimer
  8. Kit… allein bei dem Wort habe ich schon den Geruch in der Nase!
    Starke Bilder!
    Liebe Grüße!

    RépondreSupprimer
  9. Extraordinaire expo !!! Je soupire d'aise...
    GROS BECS

    RépondreSupprimer
  10. Meine liebe Elfi, wo bist du nur gewesen. Zeigen die beiden ersten Fotos eine Gefängniszelle? Da würde ich mir auch Flügel wünschen, um entfliehen zu können.
    egbert

    PS: Bin wieder da.
    :))

    RépondreSupprimer
  11. Si vous avez besoin d'un électricien, j'en ai un à la maison !-:)))
    Mastic, couleur de la gabardine de Bogart et de certain poils de Seven....
    Bon, j'espère te voir avant l'envol !
    Bizzzzzzzzzz à 4

    RépondreSupprimer
  12. Une belle envolée de blanc, de beige et de noir ! Yes c'est presque la fin de l'hiver et que les couleurs explosent !

    RépondreSupprimer
  13. Le mot mastic a pour moi l'effet de la madeleine de Proust, il ravive un de mes souvenirs d'enfance.
    Sur la deuxième photo, le mur reproduit parfaitement la couleur et l'aspect du mastic que mon père étalait à l'aide d'un spatule sur le bord d'une vitre, avant de la coller au châssis de la fenêtre, après qu'un malheureux coup de manche à balai (ou une rafale de mistral) ait fendu (ou brisé) un carreau.
    Très élégante, la mouette prête à décoller.

    RépondreSupprimer